Versión en español

sncasevoltigeur1960

 

Le troisième prototype SNCASE Voltigeur, déjà sous la alliance de Sud Aviation et Dassault en 1960. Notez la position d’observation vitrée dans la nez de l’appareil, élément fondamental de la police aérienne coloniale.

 

Le cahier des charges envoyé pour l’état-major au Service Technique de l’aéronautique demandant un avion d’appui d’outre-mer l’été 1955, ressemblait beaucoup celui qui fut publié pour le concours du trimoteur colonial en 1930. Il établit un avion bimoteur capable de voyager 2.000 km ou de patrouiller cinq heures sur la cible, avec la possibilité d’utiliser des pistes courtes et non préparés. L’avion devrait être en mesure d’accepter une lourde charge d’armes pour l’attaque au sol en utilisant des bombes, des roquettes et des mitrailleuses. L’especification a ensuite ajouté la capacité à servir de transport, de avion de liaison, l’évacuation des victimes, la reconnaissance, etc. et généralement effectuer toutes les tâches imaginables pour le domaine et police de les colonies. Le programme de appui d’outre mer était une réponse à la défaite en Indochine et le début de l’insurrection en Algérie, qui a eu lieu l’année précédente.

Tous les grands fabricants français ont présenté des projets, dont seulement ont passé du papier au métal trois: Le SIPA 1100 , Dassault Aviation Spirale et Sud Voltigeur (Sud a réuni les actifs de SNCASE et SNACASO en 1957), qui a été déclaré vainqueur en 1958. Après la fermeture brutale du projet SIPA, les projets Dassault et Sud-Aviation ont uni leurs forces dans le Voltigeur, qui a été fabriqué comme exemplaire de préproduction (le troisiéme prototipe) en 1960. Alors l’Empire français (officiellement Union française) désintègre et le concept de d’appui outre mer cessé d’avoir un sens. Avec l’acquisition de grand nombre de T-28 Trojan (Fennec) pour la derniére phase de la terrible guerre en Algérie, ce qui aurait été la destination préférée de Voltigeur, le programme “appui d’outre mer” finira brusquement. 

Idiomas: